close
Lipster campagne 2 – web

L’emblématique maison horlogère LIP, connue tant pour ses modèles iconiques que pour son riche passé, entame un nouveau chapitre de son histoire depuis sa reprise par la Société des Montres Bisontines (SMB) en 2015.
Fondée en 1867 à Besançon, l’entreprise horlogère a périclité dans les années 1960, avant d’être marquée par un conflit social d’ampleur nationale et une tentative d’autogestion inédite au début des années 1970. Une période tumultueuse qui a contribué à faire de LIP un acteur majeur du patrimoine, une marque forte qui jouit d’une affection particulière auprès des français.

En 2015, SMB (Société des Montres Bisontines), se porte acquéreur de la marque via une licence d’exploitation dans le but de redonner à la marque ses lettres de noblesse. Aujourd’hui, après des premiers résultats fructueux, SMB confirme sa volonté de rachat de la marque. Plus importante entreprise horlogère de France avec 140 salariés, 1 million de montres commercialisées par an et 30 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014, SMB a consacré ces trois dernières années à rendre à la société son prestige d’antan. Un rachat synonyme de retour aux sources.

La première étape de ce retour en grâce fut le rapatriement de la marque dans son berceau historique, à Besançon. Non pas dans les ateliers d’origine, qui ont été complètement transformés depuis le départ de la marque, mais à proximité, à Châtillon-le-Duc. Environ 100 personnes travaillent au quotidien sur le site, dont plus de quinze personnes embauchées récemment. Et si en 2016, LIP ne représentait que 10% des 30 millions d’euros de chiffre d’affaires de SMB, la volonté de continuer sa croissance est bien présente. L’objectif pour 2018 est d’atteindre les 4,5 millions d’euros de CA pour un peu plus de 50 000 montres produites dans l’année.

Distribuée dans plus de 600 points de vente en France, 150 au Japon et, avec l’ouverture du premier magasin en propre sur Hong-Kong, LIP affiche son ambition de redevenir la grande marque française qu’elle a été pendant de nombreuses années.
Aujourd’hui la marque utilise son passé historique pour se construire un présent, réédite ses modèles emblématiques et réinterprète ses classiques sans oublier d’innover, avec la première création « made in Besançon » depuis plus de 40 ans : la LIP MARINIER. Toute la production des montres est réalisée à Besançon et certifiée « Made in France ».

 

Tags : besanconblakemagblakemag.comgeneral de gaullehimalayahorlogerielipmade in francemagazine hommemagazine masculinmariniermontremontre automatiquemontre hommemontre lipmontre quartzmontres