Login

Register

Login

Register

close
IMG_5640

L’équipe de Blake est partie tester à la montagne les dernières sorties des marques Burton, Helly-Hansen, Salomon et Nitro à Morzine. La station située à seulement 5 h 45 de Paris en voiture permet de se faire des petites virées ski facilement.

Arrivée au bas des pistes, toute l’équipe est prête, les snow à la main, moi seul je dois aller récupérer des skis. Juste face aux remontées des Gets, aux pieds des pistes, je vais chez Intersport où je suis reçu par Clément et son équipe jeune et très sympathique mais surtout soucieux de vous fournir le bon matériel, adapté à votre morphologie et votre niveau. De plus, Intersport propose de faire des précommandes sur internet avec des prix attractifs. Gros plus ils ont un dépôt pour y laisser skis, snow et bottes avant de rentrer le soir.

Nous avons de la chance car la pluie devait être au rendez vous tout le weekend, mais notre session ride commence avec un temps clément. Les premières impressions sur le matériel ne tardent pas. Adrien, notre rider, snowboarder, nous détaille ses sensations avec la squash de chez Nitro (testée en 159 cm) : une planche issue de la gamme Quiver de l’année passée, une gamme dédiée au « beta test » de délire d’ingénieur ou de stagiaires inspirés (…comme pour le V.T.T. Démo 8 de Specialized pour les connaisseurs).

 

Ayant eu un accueil plus que positif, la planche est passée en production dans la gamme « officielle » de Nitro cette année. Alors ça donne quoi ?…

En comportement déjà : d’une part, bien qu’asymetrique, la planche permet tout de même de faire du switch même si elle n’est pas faite pour (en tout cas pour l’amateur éclairé, les vidéos de Nitro avec des pro rider vous prouverons le contraire). En revanche, dans la neige de printemps détrempée de ce weekend, la planche est jouisseuse et très très accrocheuse même dans de la neige de poissonnier de fin de journée. On a beau pencher, elle accroche. La seule condition est de la pousser avec ses cuisses. En effet, en la laissant faire, elle se montre assez docile, et presque basique (Pour ne pas dire ennuyeuse ou quelconque), elle n’accroche pas d’elle-même mais attend votre contribution. En la mettant sur l’angle, puis en poussant sur les cuisses, c’est un autre monde.

Un dynamisme exceptionnel, un « pop » entre chaque virage qui vous propulse sur l’autre carre sans passer par la case semelle posée par terre. Donnez lui un peu de votre physique, elle vous le rendra … plus les intérêts dignes d’un banquier parisien !

Certaines planches peuvent paraître accrocheuses, mais dès que l’on prend ou on cherche de gros appuis, elles se dérobent sous les pieds ; avec la Squash, c’est l’inverse. D’une accroche classique de prime abord (surtout au vu la gamme de la board, proche des 500 euros nues …), plus on appuie, plus elle encaisse et tient la neige. Mais pour autant, si le pop qu’elle procure est « fort », il est contrôlable. Par exemple, une Jones aviator peut décrocher plus rapidement sans prévenir ou vous envoyer de tout son « pop » sur l’autre carre … enfin, sur le dos plutôt ! Ou encore une Nitro Pantera qui était certes prévisible, mais avec des zones d’ombre.

Une trop grosse erreur dans les appuis en carving et la board vous propulse dans le décors de toute sa force. Très fun dans un sens, mais beaucoup plus exigeant pour les après-midi après la pause vin chaud …

La Nitro Squach 2019 se montre donc très dynamique et fun avec un minimum de physique et de technique de carving mais reste contrôlable et prévisible. Une vrai amie pour rider fort qui donne confiance du fait de cette facilité à anticiper ses réactions, aussi fun qu’elles puissent être …

On peut noter aussi que le fishtail fait son effet.

La carre semble s’arrêter derrière le pied arrière, puis une zone « morte » de 10 cm, et ensuite la sensation d’une sorte de rivet planté au sol. La planche paraît enrouler les virages à partir de ce point (comme une voiture qui roule du c…). On a l’impression de rider avec une planche différente des autres, et c’est une très bonne chose.

(C’est la première fishtail que je test, c’est peut être un point commun à ce type de conception également.).

La différence aussi, parlons en : la planche à de la gueule. On vous demande ce que c’est à la queue aux forfaits, les vendeurs et les locaux viennent vous parler et demander comment elle « renvoie ». Un très bel objet qui ne passe pas inaperçu et qui fait plaisir à trimballer sous le coude dans la station …

Un autre point imprévu du fishtail mais très appréciable, les coups de bâton aux queues de télésièges sont beaucoup moins courants. Pas de tail, pas de surface pour se faire piétiner, juste ce long nose a gérer. Au vu de la gamme de la planche et son prix non négligeable, c’est un aspect qui, mine de rien, à de l’importance pour toute personne souhaitant garder son matériel en bon état.

Pour résumer, avec un minimum de physique et de technique, la Squash est une board avec un caractère certain mais prévisible, maniable et vive si on lui donne de sa personne, et pouvant être reposante sur les pistes de liaison. Une planche admirable si on a un niveau adéquate. Bref, je la garde !

Une fois la pause venue, entre deux descentes, rien de tel qu’un petit shot de sucre pour se booster l’énergie. Le ski et le snow, ça pompe l’air de rien. L’air de la montagne sans doute. Nous avons opté pour les bonbons No Guilty. Des bonbons bio, sans gélatine de porc, et avec uniquement des produits respectueux de votre petit corps. La texture est très chouette en bouche et fait parfois penser à des pâtes de fruits. Que ce soit les bouteilles de cola ou les oursons aux fruits, les saveurs explosent. J’étais retissant à l’idée de tester ce produit que je croyais un coup marketing, mais non, ils sont plus qu’à la hauteur. Oubliez les Haribo et autres bonbons plein de « E »…

Passons à nos tenues. Nous sommes venus à la montagne équipés de deux ensembles, l’un Helly Hansen camo bleu nuit et l’autre Burton en Camo bleu clair. Le beau temps alternant avec la pluie et la neige (selon l’altitude), les équipements ont été mis à rudes épreuves.

Le manteau Helly Hansen, avec son camo bleu nuit rehaussé du double HH de la marque en orange fluo est magnifique et fait un parfait coupe vent mais, quand la pluie arrive et si elle persiste, le manteau qui possède de superbes poches à fermeture imperméable, est lui beaucoup moins. A notre grande surprise, à la fin de la journée le manteau est trempé… Le pantalon lui, au contraire, résiste parfaitement aux assauts de la pluie, un vêtement technique est nécessaire en dessous pour supporter le froid.

L’autre ensemble est la tenue Burton en camo bleu clair (Mon coup de cœur !). Là pour le coup, le Gore Tex du manteau et du pantalon est magnifique et l’eau ruisselle comme sur une bâche, au bout de quelques minutes d’arrêt au bar d’altitude, le vêtement est sec, comme sortie de la penderie. Par contre, il nécessite d’être équipé en vêtements techniques en dessous et d’une polaire en supplément n’est pas de trop pour les frileux. Pour cela, Salomon a une super gamme de vêtements techniques cette année, très légère, aérée, qui vous tient au chaud et vous garde au sec. Si, si, pour de vrai. Et une polaire efficace et fine, bleue de surcroît, qui se marie parfaitement avec l’ensemble Burton.

Pour les gants, ce sont aussi des Salomon, parfait pour le beau temps et la pluie légère.

C’est la fin de journée et quoi de mieux que de se poser face à la montagne avec l’équipe de Blake et de prendre un apéro entre amis.

On a pu transporter toute la journée nos affaires au sec et en sureté grâce au nouveau sac Burton Upslope. Ce sac d’une grande contenance permet de transporter chaussures de rechange, appareil photo et ordi, et quelques bouteilles. La toile du sac est rigide et totalement étanche. Gros plus, la poche au bas du sac étant séparée du reste du bagage permet d’isoler d’éventuelles affaires mouillées et de laisser les autres objets au sec. Il dispose également d’une poche latérale qui permet aux copains de récupérer des affaires entre deux pistes sans avoir besoin de le retirer, ou d’ouvrir le sac. Un must have pour skier, nous on l’a adopté.

Du coup pour notre pause apéro deux choix s’offrent à nous : avec ou sans alcool.

Pour fêter cette journée riche en émotions, nous commençons par le rosé du Château St-Maur, L’Excellence 2018. Une bouteille en forme de quille, très élégante. Une étiquette sobre qui laisse voir ce rosé à la robe claire. Dès l’ouverture, on sent que c’est un vin puissant et aromatique. C’est un assemblage de Grenache, Syrah, Tibouren et Rolle. Nous le laissons dans la neige ce qui fait un seau à glace parfait, naturel et à température égale. En bouche, il est riche, puissant et complexe. Porté par des notes d’agrumes (pamplemousse) et une belle rondeur en bouche, sur des saveurs d’abricots et de pêches, un vin de gastronomie et pour les moments comme ceux-ci, est exceptionnel.

Dans l’équipe, certains ont préféré un mélange Détox, shaké minute et livré chez vous par Shake It Easy sur Paris exclusivement. Nous, on l’a mis dans notre valise et on la fait voyager. C’est un mélange d’étonnant, vivifiant et frais de : thé uma rooibos, jus de citron, purée de passion et vanille. Les saveurs sont subtiles et bien mariées, la passion domine peut être un peu. Un coup de fouet acidulé. Parfait pour se remettre de la journée de ride.

Notre séjour à la montagne s’achève devant un coucher de soleil sur les cimes enneigées. Un moment plaisant et hors du temps. Mais Paris nous rappelle déjà. A l’année prochaine “pays merveilleux” !)

 

Prix:

-Board NITRO Squash – 529,90 euros

-Veste AK CYCLIC JACKET BURTON – 400 euros

-Pantalon AK Cyclic Pant BURTON – 300 euros

Sac UPSLOPE BURTON – 170 euros

Garibaldi Jacket HELLY HANSEN – 425 euros

-Gant Salomon QST GTX – 125 euros

-Vêtement technique Salomon PRIMO WARM haut – 75 euros et bas – 49 euros

-Polaire Salomon BiS Fz Blue – 79,90 euros

-No Guilty – de 0,83 euros à 15 euros

-Rosé Château Saint-Maur cru classé, Excellence 2018 – 22 euros

-Shake it Easy – DETOX – 12,50 euros  SITE : ww.shakeiteasy.fr

 

Article écrit par Adrien Barthou et Alexis Dumétier

Merci à Arnaud Adjadj, Maxence Manasterki et Sylvie Mira-Morlière

 

 

Tags : bonbonburtondetoxGANTgantshelly hansenmontagneneigerosésalomonskisnowsoleilvacances