Login

Register

Login

Register

close

Horlogerie

ArchivesHorlogerieMagazine

Frédérique Constant en version full black

Blakemag_Fredrique_Constant_ClassicsIndexAuto_Black line @sam sarfat

Frédérique Constant Classics Index automatique black line: une édition française en version full black

A l’image de la philosophie du luxe accessible chère à Frédérique Constant, la collection Classics Index Automatique regroupe les premiers prix en montres automatiques de la Manufacture horlogère suisse. Parmi l’ensemble des modèles, deux rencontrent un vif succès depuis leur lancement. Equipés d’une fonction trois aiguilles/date ou d’une ouverture Heart Beat sur le cadran, ils arborent aujourd’hui un nouveau visage, tout de noir vêtu. Alliant avec subtilité classicisme et modernité, ces nouveaux garde-temps sont disponibles exclusivement en France.

Intégralement recouvert de PVD titane noir, le boîtier en acier inoxydable poli (40 mm) souligne finement le design intemporel du cadran noir mat.  Protégé par un verre saphir bombé et orné d’index en applique également noirs, il est cadencé par trois aiguilles, complétées d’un guichet de date à 3 heures. Habillée d’un bracelet de cuir sport et proposée à la vente avec un bracelet supplémentaire NATO noir, cette nouvelle pièce horlogère bat au rythme du mouvement automatique FC-303, assorti d’une réserve de marche de 38 heures. Ponctuelle dans l’essentiel, elle sera l’alliée des hommes urbains.

Animée par le mouvement automatique FC-310, cette nouvelle Classics Index Automatique Heart Beat affiche un boîtier en acier inoxydable poli de 40 mm de diamètre paré de PVD titane noir. Tout en harmonie, le cadran est délicatement décoré d’un motif guilloché en son centre. Ponctué d’index et de chiffres romains en applique noirs, il révèle une ouverture à 12 heures. Signature de la collection Heart Beat, celle-ci dévoile le mouvement perpétuel de l’échappement, tandis que le fond transparent rend visible le calibre subtilement décoré. Bénéficiant d’une réserve de marche de 38 heures, cette montre est montée sur un bracelet de cuir sport noir mat et vendue avec un bracelet supplémentaire NATO noir.

Charmeuse par son allure contemporaine, cette nouvelle Frédérique Constant fait rimer style et savoir-faire horloger. Une valeur sûre. . .

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

MB&F, la méduse citadine

blakemag_magazine_mode_homme_lifestyle_horlogerie_MB&F_meduse_cover

Maximilian Büsser, le fondateur de MB&F, a eu l’idée de créer une montre aquatique en souvenir de ses vacances en famille au bord de la mer et, en particulier, d’une rencontre douloureuse avec une méduse. Bien qu’anecdotique, elle a irrémédiablement semé en lui les germes d’une montre tridimensionnelle alimentée par des tentacules. Cependant, même si le concept de l’Horological Machine N°7 a été défini assez rapidement, le développement s’est étalé sur plusieurs années.

Alors que la plupart des mouvements horlogers sont construits sur un plan latéral, avec une recherche de finesse maximale, le moteur de la HM7 se déploie en hauteur, non pas en largeur, avec des composants montés à la verticale. Le mouvement a été entièrement développé à l’interne par MB&F. Tous les mécanismes — de bas en haut, le rotor de remontage, le barillet, l’affichage des heures-minutes et le tourbillon volant — sont montés autour de l’axe central. L’énergie passe du rotor, à la base, au tourbillon volant, au sommet, via des rouages en escalier qui permettent la transmission
du couple d’un niveau à l’autre. L’architecture concentrique permet l’affichage des heures et des minutes à la périphérie du mouvement. Elle engendre cependant un problème : comment assurer les besoins en énergie d’un mécanisme horaire de grand diamètre sans nuire à la performance chronométrique? La solution provient du développement de roulements à billes en céramique extra larges qui supportent les indicateurs heures-minutes et tournent avec un coefficient de friction très faible. Les bagues d’affichage sont en titane afin de réduire le poids tout en optimisant la rigidité.

Au cours des deux dernières années, la HM7 Aquapod inspirée par une méduse a fasciné le monde grâce à son tourbillon volant et ses symétries parfaites. En 2019, elle émerge une nouvelle fois des profondeurs, parée du plus précieux des métaux et d’une couleur captivante inédite – ainsi que de chiffes tridimensionnels « flottants » des heures et des minutes. Le platine, qui figure au sommet de la hiérarchie des matériaux horlogers nobles, fait son entrée dans la collection HM7 : sa nuance blanc-argent lumineuse offre un contrepoint marquant au carmin éclatant de la lunette tournante unidirectionnelle.

Utilisé pour la première fois dans une création MB&F, le rouge ne renvoie pas immédiatement à l’univers marin — il a cependant une signification très particulière quand il s’agit des méduses. Dans un océan, plus on descend en profondeur, moins les couleurs sont perceptibles. Le rouge est la première couleur à disparaître car elle se situe à l’extrémité la plus basse du spectre de la lumière visible et sa longueur d’ondes est celle que l’eau absorbe le plus facilement. C’est pourquoi on rencontre une concentration de créatures marines rouges plus forte dans les grandes profondeurs — elles sont alors quasiment invisibles aux yeux des prédateurs. Les méduses des eaux profondes ont souvent l’estomac rouge en guise de camouflage : un corps transparent permettrait aux prédateurs d’en repérer le contenu. Avec des appendices numériques flottants et une transparence sans précédent autour de son coeur battant – un tourbillon volant 60 secondes – la HM7 Aquapod Platinum Red provient des recoins les plus profonds de l’océan horloger. Contrairement aux précédentes Aquapod qui affichaient les heures et les minutes via des bagues tournantes à chiffres décalqués, la HM7 Platinum Red comprend des chiffres tridimensionnels sculptés dans du titane. Le métal a été choisi pour sa légèreté, afin de réduire autant que possible la charge marginale additionnelle sur le moteur. Cet avantage technique a néanmoins un coût : le titane est exponentiellement plus dense et plus solide (c’est-à-dire plus difficile à usiner) que l’aluminium qui composait les bagues d’affichage précédentes. Les tiges de fixation des chiffres des heures et des minutes sur leurs bagues respectives sont noircies par traitement DLC (diamond-like carbon) afin de parfaire le caractère aérien associé à la vision d’une méduse entraînée par les courants marins.


Un des aspects les plus surprenants d’une méduse, quasi extraterrestre tant il est éloigné des systèmes des mammifères que nous connaissons bien, c’est la transparence. Comment une créature aussi diaphane et apparemment inconsistante peut-elle vivre ? Pour accentuer ce caractère, la HM7 Platinum Red remplace le support astérohache du tourbillon des précédentes Aquapod par un pont en saphir transparent. Le tourbillon volant du moteur HM7 se dévoile comme jamais auparavant, souligné par un halo super luminescent d’AGT. Tout naturellement, comme il se doit pour une fascinante créature des profondeurs, la HM7 Platinum Red rayonne par luminescence. Outre l’AGT sur la bague autour du tourbillon volant, on trouve de la matière luminescente dans les repères
gravés au laser de la lunette tournante unidirectionnelle et à la surface des chiffres des heures et des minutes ; en l’occurrence du Super-LumiNova non teinté qui émet une lueur blanche après exposition à la lumière. Le moteur automatique à 391 composants de la HM7 Platinum Red a été entièrement développé à l’interne par MB&F. Dotée d’un boîtier, d’une lunette et d’une boucle en platine, la montre fera l’objet d’une série limitée à 25 exemplaires, chacun délivré avec trois bracelets interchangeables (rouge, blanc et noir) en caoutchouc de qualité aéronautique.

 

 

Entrer
ArchivesBlogHorlogerie

MeisterSinger présente la Pangaea Day Date

blakemag_magazine_lifestyle_magazine_homme_montre_horlogerie_MeisterSinger_PangeaDayDate

La maison MeisterSinger, enrichit la collection Pangaea Day Date de deux nouveaux modèles. Toujours dotés d’une fonction jour/date par disques rotatifs ouverts, ces nouveaux garde-temps arborent désormais un boîtier en acier brossé (40 mm) tout en jouant le contraste des cou-leurs pour accentuer la géométrie radiale du cadran.

Le premier modèle présente un cadran aux teintes sombres, soigneusement sélectionnées pour être associées en toute harmonie. Sur un fond bleu acier, les anneaux du jour et de la date sont teintés d’un noir mate, à l’identique du bord extérieur, marquant une différence claire mais discrète. Egalement mates mais parés d’un coloris gris sable dans la seconde version, ils intensifient la dynamique d’ensemble pour un effet de contraste plus prononcé.

Fidèle au concept d’origine de MeisterSinger, la Pangaea Day Date affiche l’heure par le biais de sa mono-aiguille sur un cadran découpé en 144 segments de 5 minutes. Respectant un esprit de clarté, le jour et la date se lisent sur deux disques rotatifs, glissant l’un devant l’autre dans des directions opposées. Totalement ou-verts pour ne pas perdre de vue le temps ni les autres jours, ils offrent une lecture facile du jour et de la date de la semaine via le repère rouge situé à 12 heures.

Animées par des marqueurs rouges, les informations sont subtilement structurées pour finalement mettre en avant l’essentiel chez MeisterSinger : l’heure! Celle-ci est particulièrement visible grâce à la pointe rouge de l’aiguille unique mixée à la typographie fonctionnelle de couleur blanche. Embarquant un mouvement mécanique à remontage automatique de facture suisse, visible par le fond de boîte transparent, ces deux nouvelles Pangaea Day Date s’imposent avec style, habillées d’un bracelet en cuir cordovan cognac ou marron foncé.

 

Entrer
ArchivesBlogHorlogerie

ALPINA présente la Seastrong Diver 300 Automatique

blakemag_Alpina_Seastrong_Diver_300_Automatique

La Seastrong Diver 300 automatique de la manufacture horlogère suisse Alpina se singularise par un boîtier paré d’un revêtement PVD bronze ou titane, ce garde-temps est équipé de toutes les fonctionnalités nécessaires pour explorer les fonds marins jusqu’à 300 mètres. Instrument de plongée fiable et esthétique, il est aussi à l’aise dans l’eau que sur la terre ferme.


Recouvert de PVD bronze ou titane, le boîtier en acier inoxydable de 44 mm de diamètre présente une forme coussin aux lignes fortes et anguleuses. Dotée de marqueurs lumineux pour une visibilité maximale, la lunette de plongée tournante de 60 minutes, colorée en bleu marine, gris ou noir, est unidirectionnelle. Gage de sécurité en cas de manipulation accidentelle, elle garantit que le nombre de minutes passées sous l’eau ne pourra jamais être augmenté, mais seulement réduit. Assurant également une lisibilité optimale, le cadran bleu marine, brun foncé ou gris offre un contraste puissant, faisant ressortir les aiguilles et index imposants, recouverts de substance luminescente. Siglée du légendaire logo rouge d’Alpina, une petite seconde blanche anime l’ensemble, tout en attirant le regard sur un guichet de date à 3 heures.

Pouvant supporter la pression jusqu’à une profondeur de 300 m/1 000 pieds avec sa couronne et son fond de boîte vissés, l’Alpina Seastrong Diver 300 automatique embarque le mouvement mécanique à remontage automatique AL-525, visible à travers un fond transparent. Conçue pour résister aux conditions extrêmes, elle s’inscrit parfaitement dans l’esprit des montres Alpina du siècle dernier, notamment de la Seastrong « 10 », un modèle lancé dans les années 1960 qui pouvait, déjà à l’époque, atteindre une profondeur de 200 mètres. L’histoire de la plongée fait partie de l’ADN Alpina depuis presque 60 ans. Cette nouvelle venue dans la collection Seastrong s’inscrit dans le prolongement de cet héritage.

Credit: Eric Rossier

Achevant de parfaire une allure de caractère, cette pièce sportive repose sur un bracelet en cuir vintage, permettant d’afficher avec style sa passion au quotidien. Un bracelet en caoutchouc est également fourni pour s’immerger, le temps venu, dans les eaux profondes.

Entrer
ArchivesBlogHorlogerie

Bodet: 150 ans d’Histoire au poignet

blakemag_magazine_masculin_Montre_Bodet_Univers B480.2_cover

Depuis sa création en 1868, le groupe Bodet n’a cessé d’innover pour devenir, aujourd’hui, le leader européen des solutions de mesure et de gestion du temps pour tout ce qui concerne les horloges d’édifices publiques, les tableaux d’affichage sportif ou les tableaux d’affichage des gares ou des aéroports.

En 2018, Bodet célèbre son 150ème anniversaire, appartenant ainsi au cercle restreint des entreprises françaises centenaires. Souhaitant marquer cette étape importante dans l’histoire familiale et entrepreneuriale, Pascal et Sylvain Bodet recherchent un produit spécial symbolisant toutes les facettes de Bodet : histoire, qualité, innovation. Un objet humble, de bonne facture. De fil en aiguille, ils décident de créer une montre événement. Nous sommes en 2016. Le projet B480 est lancé. Outre un clin d’oeil à leur arrière-grand-père qui vendait des montres Bodet, ce choix est loin d’être anodin. Il illustre la pure tradition Bodet de maîtrise du temps, tout en sortant du champ industriel qui est le sien. Il traduit également une totale adéquation avec les maîtres-mots de Bodet : ancrage et exploration, tradition et innovation.
L’histoire, la culture et l’identité d’entreprise se sont construites autour d’un impératif très fort : la qualité. Il en sera de même pour la création de cette pièce horlogère. Pour ce faire, il fallait s’entourer d’acteurs expérimentés. Pascal et Sylvain Bodet ont donc choisi de collaborer avec un designer horloger de Besançon, connu et reconnu dans le milieu, pour sa créativité et sa capacité à casser les codes tout en respectant la méthode propre à un métier qui ne souffre aucune approximation. « Nos solutions évoluent à la nanoseconde. La précision n’est pas discutable. Nous restons fidèles au sujet qui nous occupe depuis 150 ans tout en continuant d’évoluer et innover. Cette montre est le reflet de notre savoir-faire : fiabilité, qualité et précision » précise Sylvain Bodet.

Baptisée « B480», cette première collection de montres Bodet interprète la fusion des deux horloges mythiques de l’entreprise Bodet.
Le cadran rappelle l’horloge analogique BT480, conçue par Pierre Bodet dans les années 60, distinctive par sa forme carrée, ses index noir sur fond blanc et ses aiguilles biseautées. Le boîtier, quant à lui, s’inspire de la forme carrée de l’horloge à palettes, emblématique des années 70 et qui a fait la renommée de l’entreprise à travers le monde. « Nous avons souhaité proposer un modèle avec un cadran de forme qui n’est pas sans rappeler les horloges qui ont fait la renommée de notre entreprise. Cette montre incarne une façon de voir et de concevoir. Il n’y a rien de superflu » explique Sylvain Bodet.

Sobre et charismatique, la collection B480 reprend les codes identitaires de l’ADN Bodet, à commencer par son nom : « B » signifiant « Bodet », « 480 » renvoyant à la référence « BT480 » de l’horloge analogique dont elle est inspirée (« 4 » en référence aux quatre côtés de l’horloge ; « 80 » pour la dimension des côtés). Sur chacun des modèles présentés, les lignes esthétiques induisent des notions de rigueur et de précision.
Distinctif par sa forme peu commune en horlogerie, le boîtier en acier inoxydable aux finitions polies et satinées revisite en version miniature la géométrie de l’horloge à palettes : deux pièces maîtresses uniquement, avec un plan de joint et seulement quatre vis pour les relier entre elles. Protégé par un verre saphir, il arbore des angles francs venant accentuer l’épure de l’ensemble. Dans cette enveloppe d’acier et de verre, les fonctions sont sublimées à travers l’éloquence du cadran présentant une grande ouverture sur un fond d’un blanc immaculé. Par jeu de contraste, les aiguilles noires des heures et des minutes informent du temps qui passe, au rythme d’index nets, le tout offrant une lisibilité optimale.


La B480.1 se démarque par une ouverture du cadran à 7 heures, dévoilant les rouages du mouvement, coeur battant de la montre. Discrètement juxtaposée à ses côtés, une petite seconde, insérée dans un compteur au graphisme épuré, apporte une touche de fantaisie contemporaine par son positionnement entre 4 et 5 heures. Animé par un mouvement mécanique à remontage automatique décoré Côtes de Genève (Miyota 82S5), ce garde-temps bat au rythme de 21‘600 alternances par heure, possède 21 rubis et dispose d’une réserve de marche de 40 heures. Editée en série limitée numérotée à 300 exemplaires, la B480.1 trouvera, assurément, sa place au poignet des passionnés d’horlogerie.

La B480.2 révèle tout l’attachement que porte Bodet à la technique horlogère. Ouvert à 5 heures, le cadran invite à contempler la nature mécanique de la montre. Embarquant un mouvement automatique décoré Côtes de Genève (Miyota 90S5), oscillant à une fréquence de 28‘800 alternances par heure et pourvu de 24 rubis, cette montre offre une réserve de marche de 42 heures. Editée en série limitée numérotée à 150 exemplaires, la B480.2 s’impose comme une alliée fiable, accompagnant l’audace avec aplomb et sérénité.

La B480.3, quant à elle, est de loin la plus fidèle au cadran de la célèbre horloge analogique Bodet, créée dans les années sixties. Seule coquetterie ? Une grande seconde en laiton rouge. Rythmant la lecture de l’heure, cette trotteuse vient dynamiser, par sa couleur, la sobriété du cadran tout en mettant en lumière la pureté de ses lignes. Les amateurs de montres design apprécieront . . . Editée en série limitée numérotée à 150 exemplaires, cette montre abrite un calibre mécanique automatique décoré Côtes de Genève (Miyota 90S5). Doté de 24 rubis et battant à 28‘800 alternances par heure, il garantit une réserve de marche de 42 heures. Tant esthétique que fonctionnelle, la B480.3 sera une complice fidèle pour se singulariser au quotidien.

Made in France, les montres Bodet ont été dessinées, conçues, assemblées, réglées et contrôlées dans les ateliers d’UTINAM à Besançon. Incarnant l’identité horlogère de Bodet, elles perpétuent sa tradition de maîtrise du temps.

Entrer
ArchivesBlogHorlogerie

Cartier et la nouvelle montre Santos Dumont

blakemag_magazine_masculin_horlogerie_cartier_nouvelle_santos_dumont_cover

CARTIER REND HOMMAGE AU MODÈLE HISTORIQUE:

« La simplicité m’a toujours charmé. »  Alberto Santos-Dumont

Simplicité, praticité, innovation sont les trois grands principes de l’aviateur Alberto Santos-Dumont, ce pionnier du ciel qui commande en 1904 la première montre-bracelet moderne à Louis Cartier. Elle se porte au poignet pour pouvoir lire l’heure en vol.
Son design pur, cadran carré dont les vis sont laissées volontairement apparentes, et l’ergonomie de son bracelet qui libère le mouvement, l’inscrivent déjà dans le futur.
Elle est la montre d’un homme qui voit plus haut, conçoit plus de 22 machines volantes, cumule les brevets d’invention, met sa vie en jeu lors de chaque vol expérimental, reverse une partie de ses gains à des associations caritatives, invente un vestiaire fonctionnel et élégant.

Sobre, fine et montée sur bracelet de cuir d’alligator, la nouvelle montre Santos-Dumont est fidèle à l’élégance du modèle original de 1904. Boîte en or, or et acier, ou acier, chiffres romains, vis apparentes, remontoir perlé et cabochon bleu, elle perpétue l’héritage d’un grand classique horloger.
Inchangée, la forme carrée en lien avec la géométrie parisienne de l’époque prône l’épure et la symétrie, métaphore des quatre coins vifs de la Tour Eiffel. Symbole de la révolution du design du début des années 1900, elle transgresse les codes du moment, privilégie la ligne droite et rompt avec la rondeur des montres de poche de l’époque.

FINESSE & STYLE
Épure et simplicité, la montre Santos-Dumont est le reflet contemporain du style vestimentaire d’Alberto Santos-Dumont : une silhouette impeccable en toutes circonstances, gilet, chapeau, col cassé, pantalon aux revers surdimensionnés et casquette à l’envers.

MOUVEMENT QUARTZ À HAUTE AUTONOMIE
Alberto Santos-Dumont porte des lunettes de protection, une veste sur mesure traversée de câbles reliés au gouvernail de son avion. Sans rien perdre de son élégance, l’aisance et le confort d’utilisation dictent son style très personnel.
La notion de praticité est ainsi déterminante dans l’histoire de la montre Santos-Dumont. En 2019, Cartier en facilite l’usage en inaugurant un mouvement quartz à haute efficience avec une autonomie d’environ 6 ans, soit deux fois plus longue que celles des mouvements traditionnels. Pour cela, la Manufacture Cartier a en effet retravaillé et redimensionné le mouvement pour diminuer sa consommation d’énergie, et y a associé une nouvelle pile plus performante.

 

Entrer
ArchivesBlogHorlogerie

Jaeger-LeCoultre: GRANDE TRADITION PERPÉTUELLE

blakemag_horlogerie_montre_jaeger-lecoultre

JAEGER-LECOULTRE PERFECTIONNE L’ART DE LA MAÎTRISE MÉCANIQUE AVEC LA MASTER GRANDE TRADITION RÉPÉTITION MINUTES PERPÉTUELLE.

Fort de près de deux siècles d’expertise horlogère, Jaeger-LeCoultre est passé maître dans l’art des montres à complications. Une virtuosité qui repose notamment sur une expertise interne inégalée dans le domaine des montres à sonnerie, un savoir-faire mécanique parmi les plus prestigieux et les plus appréciés. La Grande Maison du Sentier possède d’ailleurs la particularité d’être la seule et unique manufacture au monde à répertorier plus de 200 calibres de montre à sonnerie dans son inventaire moderne et historique.
En mai 2019, après le succès de la Master Grande Tradition Gyrotourbillon Westminster Perpétuel au Salon international de la Haute Horlogerie (SIHH), Jaeger-LeCoultre présente une montre qui repousse de nouveau les frontières de l’excellence tracées par la marque en matière de montres à sonnerie.

La Master Grande Tradition Répétition Minutes Perpétuelle est équipée d’un système de timbres innovant qui fait renaître la sonnerie traditionnelle des anciennes montres de poche, et d’un nouveau boîtier, réédition d’un modèle intemporel qui gagne en modernité.
Voici les caractéristiques clés de la Jaeger-LeCoultre Master Grande Tradition Répétition Minutes Perpétuelle:
? Un nouveau système de timbres qui reproduit la richesse et la puissance des anciennes montres de poche à sonnerie
? Un design évolutif du boîtier qui redéfinit l’intemporel et le moderne pour les montres Master Grande Tradition
? Une expérience utilisateur encore plus fluide grâce au remontage automatique et au réglage intuitif du quantième perpétuel.

Une nouvelle sonnerie:
L’innovation dans le domaine des montres à sonnerie est l’un des piliers fondateurs de l’expertise mécanique de Jaeger-LeCoultre depuis 1895, année où la Manufacture a breveté le premier régulateur silencieux de sonnerie à marteau. Pour le XXIe siècle, Jaeger-LeCoultre a concentré toute sa créativité relative aux montres à sonnerie dans un mécanisme qui présente une efficacité énergétique maximale tout en occupant un volume minimal.
La Master Grande Tradition Répétition Minutes Perpétuelle est le porte-étendard d’une nouvelle génération d’innovations en matière de sonnerie pour La Grande Maison. Son mouvement, le calibre 950 à remontage automatique, produit une mélodie à la fois belle et puissante, un exploit tant ces deux caractéristiques extrêmement prisées semblaient incompatibles. L’association de ces deux qualités suprêmes a déconcerté jusqu’aux meilleurs horlogers de l’histoire, qui estimaient que l’une ne pouvait s’élever qu’au détriment de l’autre.
L’équipe Recherche et Développement de Jaeger-LeCoultre est parvenue à créer cette sonnerie parfaite grâce à un système de timbres hors du commun. Au lieu de reposer à plat, enroulés sur eux-mêmes et superposés comme les timbres des répétitions minutes classiques, ceux de la Master Grande Tradition Répétition Minutes Perpétuelle affichent une originalité radicale en occupant une hauteur et un volume exceptionnels. Deux timbres, soudés ensemble par la base, contournent le mouvement dans le même sens, effectuant presque un tour complet avant de pivoter brusquement vers le haut pour rejoindre l’autre face du mouvement. Ils exécutent ensuite un virage, chacun dans un sens différent, puis un nouveau demi-arc de cercle pour atteindre leur point de départ, s’arrêtant juste avant de retrouver leur extrémité d’origine.

Évolution du design:
La collection Master Grande Tradition a toujours été le territoire d’expression privilégié de Jaeger-LeCoultre en matière de Haute Horlogerie grâce à son design classique qui laisse la part belle aux mécanismes les plus sophistiqués. Avec la Master Grande Tradition Répétition Minutes Perpétuelle, Jaeger-LeCoultre a repensé l’équilibre entre prouesse technique et raffinement esthétique pour parvenir à une proportion parfaitement égale de puissance et de beauté.

Entrer
ArchivesBlogHorlogerie

Pierre Lannier présente la collection Lecaré

blakemag_horlogerie_pierre-lannier-lecare-cover

Pierre Lannier présente la collection Lecaré. Une toute nouvelle collection intègre l’offre de la marque. Elle propose des modèles au boîtier carré dont le cadran godronné est agrémenté de détails subtils et élégants. Un bracelet fin permet de mettre habilement en valeur le boîtier. Cette collection se décline en acier argenté et en acier doré rosé, en cadran avec fond blanc, bleu ou noir, et avec des bracelets en cuir ou en maille milanaise.

Pierre Lannier est une des dernières marques de l’horlogerie française. Créée en 1977, elle a toujours su s’adapter aux évolutions des tendances pour devenir aujourd’hui une marque mode et célèbre cette année son quarante et unième anniversaire. Pierre Lannier, reconnu pour la qualité de ses montres, propose des modèles que l’on acquiert pour le plaisir de les porter et de les changer, au gré de ses tenues et de ses looks!
Installée sur deux sites de fabrication (Ernolsheim-Lès-Saverne et Madagascar), la
société Pierre Lannier, a su faire de ses montres des bijoux fashion, utiles et faciles à
porter.
De plus, la marque possède une philosophie très simple : une qualité de produits
irréprochables à prix abordables.

L’entreprise qui a investi toutes les techniques horlogères en capitalisant sur des
designs régulièrement renouvelés et en intégrant au fur et à mesure des matières
contemporaines compte maximiser sa production en France.
Récemment de nouvelles collections labellisées « Fabriqué en France » ont été
lancées : Eolia, Cristal, Symphony, Beaucour, FFBB (Fédération Française de Basket-
Ball) dont la marque est l’horloger officiel.
De nombreuses nouveautés viennent compléter l’offre de la marque pour la saison
Automne-Hiver 2019-2020 avec les nouvelles collections, Lecaré et de nouveaux modèles
automatiques pour femme et homme, la collection Reversible pour femme, ainsi que
l’enrichissement de la collection Eolia fabriquée en France.

Femmes et hommes pourront découvrir des modèles de montres des plus tendances aux plus sophistiqués. Le large éventail de matières, de formes et de mécanismes place une fois encore le créateur français en référent dans l’univers de l’horlogerie.

Entrer
ArchivesHorlogerieMagazine

Chanel présente la nouvelle J12

cover

À l’orée de ses 20 ans, la montre J12 de Chanel se transforme, se métamorphose. Sans se dénaturer. Naturellement. Ce n’est pas une nouvelle montre J12, c’est La J12. Celle d’aujourd’hui et de demain. Celle d’hier aussi. Une icône ne change pas, elle s’adapte au temps qui passe, le capture, le sculpte, le sublime, le comprend. La montre J12 change tout, sans rien changer.

Quand Jacques Helleu, directeur artistique de la Maison, décide de créer une montre, il la dessine pour lui. Il trace ses premiers coups de crayons en l’imaginant intemporelle, sportive, toute noire. Il s’inspire de deux univers qu’il aime plus que tout, l’automobile et la voile. Il adore les lignes élancées des voitures de course et, surtout, la noblesse des silhouettes des voiliers de l’America’s Cup. On les appelle J12. La montre s’appellera ainsi.
En l’an 2000, la J12 révolutionne le monde de l’horlogerie. Dans sa robe de céramique noire, elle est sacrée première icône horlogère du 21ème siècle. D’abord noire en 2000, puis blanche en 2003, elle est inaltérable, presque aussi éternelle qu’un diamant. 

Vingt ans après sa création, Arnaud Chastaingt, Directeur du Studio de Création de l’Horlogerie de CHANEL, offre à la J12 une cure de jouvence sans toucher l’identité qui a fait son mythe et son succès. Pour augmenter l’ouverture du cadran, la lunette a ainsi été affinée, le nombre de ses gouges augmenté, passant de 30 à 40. La typographie de ses chiffres et index redessinée. Dans le même esprit, la largeur de la couronne a été réduite d’un tiers et son cabochon de céramique la coiffant légèrement aplani. Des indicateurs au niveau des heures ont été ajoutés au chemin de fer intérieur qui a, lui aussi, été redessiné. Pour ancrer totalement la J12 dans les codes de la Maison, les mentions AUTOMATIC et SWISS MADE sont désormais estampées en typographie CHANEL, le SWISS MADE étant intégré sur le rehaut.

La typographie originale des chiffres a également été repensée par le Studio de Création
pour l’optimiser et l’affiner. Appliqués sur le cadran, ils sont désormais en céramique.
Les aiguilles, elles aussi, ont été revues et corrigées. Heures et minutes ont désormais des
largeurs équivalentes avec un ajustement dimensionnel des zones luminescentes en
Super-LumiNova de couleur noire sur la J12 noire, ce qui en fait l’exact négatif de la J12 blanche.
L’épaisseur de la boîte a été délicatement augmentée mais la silhouette de la J12 demeure fluide. Grâce à un profil adouci, un peu arrondi, le boîtier ne paraît pas plus épais qu’auparavant. Le bassinage du fond et le dessin du nouveau bracelet, ré-architecturé subtilement avec des maillons rallongés, accentuent cette illusion d’optique et de finesse. Aussi bien masculine que féminine.


La nouvelle J12 possède désormais un boîtier monobloc en céramique, serti d’une glace saphir permettant d’admirer le nouveau calibre 12.1, mouvement automatique conçu et développé exclusivement pour CHANEL par la nouvelle Manufacture Suisse KENISSI.
Réalisée en tungstène pour permettre son ajourage tout en conservant un pouvoir de remontage efficace, la masse oscillante a été pensée par le Studio de Création CHANEL qui souhaitait un cercle parfait, l’une des signatures graphiques de la Haute Horlogerie CHANEL. Le calibre 12.1, certifié chronomètre par le COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres), offre une réserve de marche d’environ 70 heures.

Parce que la J12 ne peut être qu’elle-même, elle devait évoluer. Sans changer.
La montre J12 de Chanel reste La J12

 

Entrer
ArchivesBlogHorlogerie

Michel Herbelin présente la Newport Squelette

Michel Herbelin_NewportSquelette_Ambiance

Inspirée de l’architecture moderne des navires furtifs, la Newport Squelette de Michel Herbelin arbore un boîtier en acier inoxydable, traité PVD gris anthracite d’un diamètre de 42 mm. Poli et brossé pour souligner sa découpe en trois facettes, il encadre une couronne de forme conique, crantée pour une meilleure prise en main. Assortie au boîtier, la lunette, gravée du nom de la collection, révèle, quant à elle, cinq vis hexacaves, identiques aux noyaux de winch de voilier.

Reprenant, en toute modernité, les codes qui ont fait le succès de la Newport – attaches centrales du bracelet, lunette façon hublot, roue marine estampillée sur la couronne -, ce nouveau garde-temps reste fidèle à sa vocation marine. Complétant l’ensemble, les aiguilles des heures et des minutes en nickel noir, créées spécifiquement pour Michel Herbelin, cadencent le temps au rythme d’une seconde centrale. Partiellement recouvertes de matière luminescente, à l’image des index imposants positionnés sur le rehaut bleu brossé cerclé d’une minuterie, elles donnent une lecture de l’heure précise et lisible en toutes circonstances.

Etanche à 100 mètres et pensée pour être portée dans l’action, la Newport Squelette est habillée d’un bracelet en caoutchouc FKM d’une extrême résistance au déchirement. Soigneusement travaillé dans ses finitions pour être confortable au poignet, celui-ci a été dessiné spécifiquement pour prolonger la ligne de l’attache centrale jusqu’à la boucle. Affichant un aspect lisse et brillant de couleur bleue, il achève de parfaire le style sport chic de cette pièce horlogère au design racé.

Tout en transparence, le cadran, protégé par un verre saphir, met à nu le squelette du mouvement. Métarmophosant la mécanique en dentelle tout en mettant en majesté l’orchestration complexe des composants et rouages, celui-ci offre un spectacle hypnotisant qui révèle le savoir-faire horloger de Michel Herbelin. Développé spécifiquement pour la marque française, il reprend la géométrie d’une barre à roue, élément identifiable et iconique de la collection Newport. Gravée Michel Herbelin, la masse oscillante a également fait l’objet d’un soin particulier avec un squelettage spécifique apportant un maximum de transparence au mouvement et donc à la montre. Travaillé dans les moindres détails, il montre, via un fond de boîte transparent, des finitions Côtes de Genève ainsi que des ponts et bâtis ornés de décors perlés.

Pour cette montre éditée en série limitée, Michel Herbelin inaugure, en avant-première, un nouveau calibre de facture suisse : le Sellita SW400-1. A l’identique du SW200-1 pour sa précision, fiabilité et robustesse, il bénéficie néanmoins d’un diamètre agrandi à 31 mm. Totalement adapté aux boîtiers de grande taille (40 à 46 mm), il évite de recourir à un cercle d’emboitage tout en permettant un large fond ouvert. Pour le reste, ce mouvement mécanique à remontage automatique, doté de 26 rubis, génère 28 800 oscillations par heure et dispose d’une réserve de marche de 38 heures.

Offrant l’assurance d’un haut niveau d’exigences techniques, la Newport Squelette hérite d’une expérience horlogère française de plus de 70 ans. A l’image de tous les modèles Michel Herbelin, elle a été dessinée, conçue, assemblée, réglée et contrôlée dans les ateliers de la marque, situés dans le massif du Jura, en Franche-Comté.

Disponibles à la vente dès le mois de mai, seuls 500 exemplaires sont disponibles pour le monde. Avis aux amateurs de belles mécaniques . . .

Entrer
1 2 3 8
Page 1 of 8