Login

Register

Login

Register

close

Archives

Archives

ArchivesLifestyleMagazine

Chad Allen Ortiz by Jeffrey Felner

blakemag_magazine_mode_lifestyle_interviews_spotlight_chad_allen_ortiz_dancer_male_model_jeffrey_felner

Doing these interviews has become an extraordinary experience for mespecially when I met someone like Chad Allen Ortiz ! I will admit that in this Instagram world I am one of millions who is visually stimulated by it BUT I am also one of the few who actually reads those pesky hashtags and whatever the subject has to say. Many preach soapbox wisdom, as I call it, since they are too young to preach sage wisdom but think in terms of second hand wisdom. How can they possibly know what awaits them with age. All in all, it’s always the luck of the draw with whom I hone in on; happily I seem to find a sampling of those who actually have more to say than just with their body.

Chad Allen Ortiz is sort of a jackpot for me since I only had an inkling of who he actually is and what exactly got him to this point in his life… oh and he is a “sharer” which certainly does help me and tell you why and what you need to know about him. I’m impressed and gratified that I sensed something more from his images and even more behind the words he espouses on his Instagram account. My subjects turn out to be multifaceted personalities who actually live “beyond the image” and have actual goals that supersede perfect abs and biceps… I won’t continue the list but you get the idea.

So here is Chad in his own words telling us all about his past, present and future since he falls under the heading of being a “creative.” Hopefully, this will not be the last you hear from this multitasking goal oriented young man….

Jeffrey Felner: Can you give us a sort of brief resume as to how you arrived at your present professional situation?

Chad Allen Ortiz: I began my training as a dancer in Temecula, California. My instructor, who happens to be my brother, and he connected me to my first modeling agency at age 16. I worked multiple shows and booked many commercial and print jobs. When I was 20, I moved to Los Angeles and began as an apprentice for Nickerson – Rossi Dance under the direction of Michael Nickerson-Rossi. I was promoted to company dancer, then principal dancer, then to Educational Director of both NRD and the Palm Springs Dance Festival. Today, I am the Executive Director of NRD and of the International Dance Festival in Palm Springs.

I have taught dance at high schools, universities, worked with dance organizations such as the Princeton Ballet, New York Live Arts, Los Angeles Dance Festival, and the Cape Cod Dance Festival. In the very near future I will be working with the Delaware Dance Education Organization, New York University, and Irvine Valley College assisting Michael Nickerson-Rossi. At present, I am in the process of developing the International Dance Festival, while also building numerous collaborations with magazines, blogs, and other marketing media.

YES!!! I still dance and continue to so on a national and international level.

Simultaneously with my dance career, I started to free-lance modeling in Los Angeles booking television commercials while working for startup fashion brands.

Lastly, I run my own creative branding and social marketing company known as Transparent Compositions; I am currently the Director of Development at the Institute of Dance Artistry. All these facets and aspects of my life support and fortify one another.

JF: Let’s speak of social media: do you believe that social media is an asset and why, do you think that social media has diluted the professional aspect of creatives and redefined celebrity? Explain

CAO: Yes… The issue in the past was visibility; the issue of the moment is saturation or sometimes over saturation. Social media is an asset, but not the ultimate solution. Personal connections are a must; you must be possess the skillset to back up how you present yourself especially within my professional sphere … a hot body isn’t enough!

Social media offers a multitude of possibilities as to how one is perceived …“reality TV” or “real life.” All the lies, all the jealousy, or the slander that one might endure is a price you pay for ubiquity It is our job as artists to understand what people are actually interested in, while staying true to ourselves. It’s all a choice… a very personal one that depends on your individual goal/s.

I had to Google the word “celebrity” …which is simply defined as fame or well- known. That is exactly what people on social media are doing. Many so called “stars” of social media are becoming recognizable figures through relatable, engaging, seductive, or shocking content but to what end?

JF: If you could invite any 5 people to dinner who would they be and why?

CAO: Martha Graham – Founder of Modern Dance

Marlon Teixeria – Male Model 

Steve Jobs – Apple founder

Benjamin Franklin – Founding Father

Oprah Winfrey – Media entrepreneur 

To me, these people are larger than life. Whether in the field of dance, modeling, design, branding, or management… they all have found success in their lives and achieved multiple goals. I am inspired by their pioneering. I would appreciate their insight on how they approached life and business.

by Rick Rusch

JF: Can you speak to what you do as an artist and what sets your work apart from so much of what we see on social media? Do you see a downside from “putting yourself out there” with regard to the preconceived notions that are drawn from what you present?

CAO: I am a jack of all trades and I use them to build onto one another. I model, dance, photograph, video, market, manage, direct, educate, choreograph, create, design, and so on and on. I enjoy mixing the skills creating beautiful works no matter the medium. I enjoy access to a vast assortment of creatives and search for the links between us, whether as creatives or as business colleagues. It all comes together at some point.

Downside to “putting yourself out there.” … I wouldn’t exactly say there’s a downside. What one needs to expect is that people are going to perceive you in their own personal way. You may have specific intent, but what really matters is what others get out of the experience. We are complicated creatures with different emotional responses to all situations. I suppose the “downside” would be that there are those who are vindictive, malicious players who want to tear you down. No one can control how they perceive you. All I can do is show my best self, all I can do is know who I am and what my goal is … and focus on that. Listen, apply, test, review and move on in that pattern to see what works and what doesn’t. 

JF: Lastly, let’s speak of Chad Allen Ortiz 5 years from now; major projects or if you could choose anyone as a collaborator, who what would it be and why?

CAO: 5 years from now I will be have had more world traveling done professionally or leisurely. All I really want is to see the world. I have surrounded myself in career choices that will help make this possible. I see the International Dance Festival in Palm Springs as a vehicle towards that ultimate goal.

I have big visions and I am on the road to get there. It isn’t easy, but it will be rewarding.

Chad Allen Ortiz on Instagram – @chadallenortiz …. SPECIAL THANKS TO Frank Louis, Arhscana Images, Den Sweeney, Transparent Compositions, Andy Grant, Tommy Wu, Alex Budin Photography, Caff Photo, Brian Mengini, Naoyasu Mera Photography

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Sinner, l’hôtel de toutes les tentations

blakemag_magazine_lifestyle_SINNER_Suite_Justine_cover

Sinner ose tout pour vous surprendre, et même s’installer dans le Marais, qui est l’un des quartiers les plus anciens de Paris. Autrefois, quartier aristocratique, puis ouvriers, il est aujourd’hui festif et branché. Ce quartier emblématique de Paris vit au rythme de l’art, du design et de la mode. Incontournable lors d’un séjour parisien, il offre découverte de galeries d’art contemporain, adresses de jeunes créateurs tout autant que des balades historiques au cœur d’un quartier marqué par son très riche passé.
Musées, hôtels particuliers du 17eme et 18eme siècle, cours secrètes, jardins cachés… se découvrent à chaque coin de rue. Sinner a su s’approprier l’héritage du Marais – à la fois riche, architectural, joyeux, créatif et avant-gardiste – en cultivant une identité propre, disruptive. Et en y dévoilant les codes d’une hôtellerie exigeante : l’excellence, la disponibilité, le sens du détail et un service attentionné.

photo: Nicolas Receveur

Sinner s’adresse aux esthètes, aux investigateurs urbains et aux flâneurs singuliers, curieux de découvrir une autre page de l’hôtellerie de luxe à travers un scénario de la ville inédit. L’hôtel puise dans l’histoire du Marais une partie de sa personnalité, mais aussi dans celle des talents qu’il héberge et qui l’entourent. Expositions, rendez-vous d’architecture, de mode, de musique et de design, les événements culturels trouvent toujours écho derrière les vitraux du Sinner.

photo: Nicolas Receveur

Sinner ne « voit » pas comme tout le monde et ne fait rien comme les autres. L’hôtel propose 43 chambres et suites, un restaurant ethnique, un spa. Un mélange d’héritage religieux, d’espaces feutrés et de volumes spectaculaires. Opposant les lignes radicales aux volutes suggestives, un sens de l’esthétique brute aux atmosphères les plus enveloppantes. Fidèle à sa signature, l’architecte d’intérieur Tristan Auer déjoue ici les modes et provoque la surprise jusque dans les moindres détails. De la langueur électrique du restaurant aux chambres inspirées des cellules ecclésiastiques, des couloirs sombres éclairés à la lumière des vitraux, au concept-store hébergé dans la crypte. Sinner inaugure un nouveau chapitre parisien, libéré de tous les standards.
Les couloirs serpentent dans une atmosphère mi sacrée mi feutrée, simplement réchauffés par les jeux de lumières des vitraux qui ornent les murs et à la lueur des lanternes qui mènent chaque hôte à sa chambre.

photo Nicolas Receveur

Les portes rouges aux heurtoirs et judas, inspirées des portes cochères dévoilent 43 chambres et suites. Chacune illustrant la typicité d’un quartier à la fois historique et avant-gardiste. À l’intérieur, des matières : du velours, du bois et de la terre cuite mais aussi des œuvres d’art et des tableaux, comme un clin d’œil aux érudits et aux esthètes urbains qui prendront le temps de découvrir et de reconnaître ses trésors. L’atmosphère toute entière convie les sens à travers un univers olfactif, des jeux de matières et une sélection artistique pointue.
Sinner réussit le mariage des contraires et signe une vision nouvelle d’un séjour inspiré. Paris a l’éclat singulier d’une éternelle ambitieuse et le charisme des plus belles aristocrates, Sinner en a hérité le meilleur : l’impertinence et la liberté d’expression.

photo: Nicolas Receveur

Une seule suite, comme signature, qui combine avec raffinement et non sans audace, des volumes cathédraux et un séjour piqué d’insolite. Perchée au dernier étage de cette adresse, prise de vertiges et d’optimisme, elle se dévoile à mesure qu’on l’investit. Se vit comme un vrai pied-à-terre parisien, avec toute la fantaisie que l’on attend d’une cachette éphémère. Elle a la fantaisie discrète et l’insouciance d’une garçonnière originale.

photo: Nicolas Receveur

Face à la réception, clin d’œil à l’héritage des Templiers et d’un quartier qui souffle une personnalité sur le fil, c’est dans une crypte éclairée à la bougie que Sinner dévoile sa sélection de trésors à la manière d’un mystérieux cabinet de curiosités.

 

“ Sinner n’est pas un lieu de plus. C’est une savante alchimie où se croisent les destins, les époques, le mystère et une certaine forme de liberté. ”
EMMANUEL SAUVAGE – Directeur General et co-fondateur du groupe Evok

SINNER – 116 rue du Temple 75003 Paris

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

UNIQLO lance la collection automne/hiver Uniqlo U

blakemag_magazine_mode_UNIQLO Duffle Coat Blocktech

UNIQLO annonce le lancement de la collection automne/hiver Uniqlo U, disponible le 26 septembre en ligne et dans les magasins Opéra, le Marais et Marché Saint Germain.

Cette nouvelle collection d’essentiels conçue par l’équipe de stylistes du centre de recherche et développement UNIQLO Paris, dirigée par Christophe Lemaire, directeur artistique du Centre R&D Paris depuis 2016, réinvente les fondamentaux de notre vestiaire et propose pour cette nouvelle collection des designs sophistiqués dans une large palette de couleur hivernal. Le bureau de recherche et développement installé à Paris est un lieu d’expérimentation, d’essai, d’innovation et decréation. Le Centre R&D Paris a ses équivalents à Tokyo, Shanghai, New York et Los Angeles. Les stylistes et modélistes talentueux du studio de Paris contribuent, sous la direction de Christophe Lemaire, de manière significative à l’évolution de LifeWear au travers de leurs projets Uniqlo U. Cette nouvelle ligne automne/hiver 2019-2020 propose une gamme de 41 pièces pour femmes, 35 pour hommes, 3 sacs ainsi qu’une ligne d’accessoires.

Les vêtements d’extérieur:
Cette saison, Uniqlo U a travaillé les vêtements d’extérieur avec la technologie BLOCKTECH. L’équipe de style Uniqlo U a repensé le duffle coat classique en le doublant avec la technicité BLOCKTECH et offre ainsi un coupe-vent optimal et élégant.


La polaire:
Il y a 25 ans, UNIQLO vendait sa première veste polaire. A l’occasion de cette anniversaire la marque a imaginé une polaire réversible pour que nous puissions bénéficier de deux pièces en une et ainsi varier son style suivant son envie ou en fonction de la météo.

Uniqlo U Pantalons Curve pour Femme et Wide Fit fuselés pour Homme :
Pour la ligne pour les hommes, les jeans Wide Fit fuselés sont inspirés des pantalons de travail en denim des années 1940. Un style rétro, particulièrement à la mode pour cette prochaine saison. La coupe est à la fois ample, légèrement fuselée et de longueur classique. La ligne de pantalons « Curve » pour femme, offre une silhouette effet longues jambes tout en sublimant les courbes taille haute, se déclinent en trois tissus : jean, coton et jersey. 

 

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Pulsion, le deux roues connecté de Peugeot

Pulsion banniere

Vous êtes citadin ? Le scooter est devenu LE véhicule indispensable, simple et efficace. Le 125cc est une motorisation idéale pour la ville car peu consommatrice d’essence et tout de même assez véloce pour des déplacements seul ou à deux…
Avec le nouveau Pulsion, Peugeot a soigné la motorisation, le freinage (il y  a l’ABS) et les finitions du scooter particulièrement sur le model RS.
Grâce au Pulsion vous pourrez vous faufiler partout avec son rayon de braquage impressionnant. Il a de grandes roues rassurantes pour la tenue de route.

Le Pulsion est un scooter connecté :

Vous avez à votre disposition une clef sans contact qui se révèle très pratique (vous l’avez dans la poche ou votre sac et cela suffit à permettre le démarrage du véhicule). Vous pouvez vous connecter au scooter avec votre téléphone pour : recevoir des sms sur tableau de bord une fois au feu et donc à l’arrêt, changer l’environnement d’une partie du tableau de bord, avoir le GPS, gérer les appels, …bref un scooter tourné vers l’avenir sans oublier la sécurité.

Parlons sécurité et équipements :

 

ABS sur les deux roues, et déclenchement automatique des warnings sur les freinages d’urgence, précieux dans ces moments où l’on peut se faire surprendre.
Son éclairage à LED est très efficace, particulièrement à l’avant, vous êtes vu et vous voyez parfaitement la route en pleine nuit. Très appréciable.
De plus, ce scooter est léger et donc très maniable, que vous soyez jeune conducteur ou expérimenté, c’est un plaisir à conduire. Sous la selle il y a la place pour un casque intégral et un jet (dommage, cela implique que le passager soit moins protégé que le conducteur…).
Grand point fort : sa consommation : 2,9 L au 100 KM avec un réservoir de 12 L, c’est un vrai chameau des villes.
Pour résumer, le test est plus que concluant et ce scooter 125cc, Pulsion de chez Peugeot est un partenaire de premier choix pour la ville.

Pour le Pulsion,  vous avez le choix parmi différents modèles :

– La version Active, mais qui ne bénéficie pas de la connectivité à 4 299 euros


– Le Pulsion Allure pour 4 699 euros, lui offre la connectivité, un support pour top case et un haut vent.


– Et enfin, le modèle RS à 4 699 euros, plus “racé” avec un plancher Qinox, mais sans support top case. Il est évidemment connecté. Son look “sport” a séduit la rédaction !

Informations :
www.peugeot-motocycles.fr
Article écrit par Alexis Dumétier
Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Le World CleanUp Day

blakemag_magazine_lifestyle_World_CleanUp_Day

Le World CleanUp Day ou journée mondiale du nettoyage de notre planète – Deuxième édition

Le 21 septembre 2019, citoyens, entreprises, écoles, collectivités et associations du monde entier vont se synchroniser pour agir concrètement en nettoyant la planète de ses déchets.

Emballages en tout genre jetés dans la nature, mobilier ou simples mégots de cigarettes sur les trottoirs, les déchets sauvages sont devenus partie prenante de notre quotidien, quelque soit l’endroit où nous nous situons. Au-delà de l’incivisme, il s’agit d’un véritable fléau environnemental qui présente un impact négatif sur la biodiversité. Ces déchets se retrouvent partout, jusqu’à atteindre des zones lointaines et moins visibles comme le fond des océans. Notez que 80% des déchets qui sont retrouvés en mer proviennent de la terre et qu’une bouteille en plastique met des centaines d’années à se dégrader.
Dénoncé partout dans le monde, ce constat alarmant n’est plus à démontrer. Tout au long de l’année, de superbes actions sont menées localement par de multiples acteurs dans le but d’éradiquer les déchets de l’environnement.

Group of volunteers picking up trash on the beach

Le World CleanUp Day : amplifier le mouvement dans la bonne humeur en éveillant les consciences sur la pollution environnementale dans le monde
L’Objectif du World CleanUp Day est de fédérer de manière positive et festive toutes les initiatives déjà prises dans le monde. Cette journée se veut être une première étape : en synchronisant les actions et en amplifiant le mouvement, le message sera bien plus puissant. Au delà du nettoyage, notre but premier est de faire évoluer la société à la source.
En France, notre challenge est de mobiliser 3,5 millions de personnes, soit 5% de la population française ! Un chiffre significatif à atteindre pour avoir suffisamment d’impact sur l’opinion publique.

En France, le bilan 2018 est très positif. En effet, 200 000 personnes ont participé à 3000 CleanUps répartis dans toute la métropole ainsi que dans les départements et régions d’outre-mer !

L’association World CleanUp Day France a été créée spécifiquement dans le cadre de la promotion de cette journée et compte des centaines de bénévoles à l’échelle nationale.
A l’initiative de cette Journée mondiale : la « Let’s Do It Foundation » qui a lancé en 2008 le concept d’une journée pour nettoyer un pays. Dès lors, le mouvement n’a cessé de s’étendre pour atteindre 157 pays et mobiliser 18 millions de citoyens le 15 septembre 2018.


Lors de la première édition, 88 000 tonnes de déchets ont été ramassés (soit l’équivalent de 201 Boeing 447 chargés pleinement ou d’un tas de déchets comparable à 8,8 fois la Tour Eiffel).

Désormais, la fondation estonienne se concentre sur le volet solution #KeepItClean, un plan ayant pour objectif de mieux produire, mieux consommer et moins jeter.
Le World CleanUp Day est à présent porté par l’ONG internationale Let’s do it World dont le siège reste en Estonie. Elle fédère et coordonne les organisations dans chaque pays qui font la promotion de la journée ! Pour cette année 2019 et pour l’année 2020, le Kosovo sera le pays coordinateur grâce au soutien du gouvernement Kosovar.

Le World CleanUp Day France fait appel à tous les citoyens, entreprises, écoles, collectivités et associations qui souhaitent organiser et/ou participer à une opération de nettoyage. Toutes les informations pour se faire connaître et mettre en place un Clean-up sont indiquées sur notre site internet : www.worldcleanupday.fr

C’est véritablement un appel à une mobilisation générale!

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

Le Bazar de Diptyque

blakemag_magazine_lifestyle_le-bazar-de-diptyque_cover

Chez Diptyque, on cultive l’amour des objets singuliers, au grain décoratif unique. A l’origine de la marque, trois artistes décorateurs, figures du Quartier latin des années 60, rapportent du monde entier des objets poétiques et rares pour les proposer dans leur boutique du 34, boulevard Saint-Germain, un marchand de petits riens, éclectiques, s’inscrivant dans une veine décorative, même lorsque ils sont purement utilitaires. Seul compte la forme et la facture, la main qui les a créés.
Dans ce joyeux bazar, les pièces entrent en résonnance avec les goûts, la culture, l’instinct des visiteurs…
Cet esprit curieux et aventureux anime toujours la marque Diptyque, qui relance l’aventure de l’objet. Le Bazar propose une expérience un brin surannée, où l’on prend plaisir à fouiner dans les rayons, à explorer en se laissant guider par nos sens avant de dénicher l’objet convoité… dont on ne soupçonnait pas l’existence quelques minutes plus tôt ! Un plaisir retrouvé de sentir, toucher, soupeser, une invitation à laisser libre cours à sa curiosité…

«il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous», disait Paul Eluard.
Avec le Bazar, donne une nouvelle fois raison au poète. Pour ce faire, la maison a réuni une première collection éphémère de 300 curiosités pour la maison : objets utiles et décoratifs, insolites et réjouissants, créés artisanalement ou en petites séries…
Le Bazar vous immerge dans un foisonnement d’objets inattendus où il est impossible de résister à la tentation de l’exploration… et de ressortir sans une trouvaille pour son intérieur ou celui de ses proches.
Tous sont le fruit de rencontres et d’une belle sérendipité. Diptyque les a traqués, chinés et pensés hors des sentiers battus au gré de leurs pérégrinations chez les meilleurs artisans à la recherche des nouveaux savoir-faire et de petites manufactures du monde entier (couvertures Arpin, miroirs en rotin de l’atelier Vime, en Provence, porte-savons en céramique de la maison italienne Laboratorio Paravicini…). Loin d’être figée, cette première sélection sera régulièrement enrichie au fil de leurs découvertes.

Le Bazar, ce sont aussi « les amis de Diptyque ». Ils ont invité des artistes, dessinateurs et designers, qui partagent leur envie de créer spécialement des objets uniques : boîtes imprimées d’Antoinette Poisson, pyjamas aux motifs oniriques de l’artiste Pierre Marie, porcelaines du peintre Julien Colombier. Un moyen de fédérer cette » famille » autour de nouveaux projets, qui continueront d’éclore au fil des prochains mois.

Après son lancement durant la design week de Milan, le « Bazar de Diptyque » prendra la route pour se poser dans un pop-up store itinérant qui a débuter à Paris depuis le 4 septembre avant de s’envoler vers d’autres capitales.

Pop-up Le Bazar de diptyque
16, rue Saint-Roch Paris 1er
www.diptyqueparis.com

Entrer
ArchivesMagazineNews de Mode

Anthony Peto, le chapelier fou

blakemag_magazine_ANTONY PETO_cover

Anthony Peto est né à Londres. Il débuta sa carrière dans la capitale anglaise en tant que rédacteur en chef d’un journal d’art et organisateur de soirées. C’est au début des années 80, époque à laquelle il s’installa en France, que son amour pour l’univers du chapeau grandit en lui. Il monta son tout premier atelier de chapeaux dans le centre de Paris, en réunissant tout le savoir-faire nécessaire pour assurer une production de qualité, artisanale et innovante. Son objectif premier: créer des couvre-chefs tendances, faciles à porter, beaux et confortables.

Ses premières collections étaient dédiées à des formes masculines tels que le fédora ou encore le haut de forme. Il décida par la suite de changer d’horizon en prenant une direction plus libre et expressive: des perruques en plumes, des chapeaux découpés, des formes surdimensionnées dans des matériaux inédits, tout en conservant des formes plus traditionnelles et des modèles pour la vie de tous les jours.

Anthony Peto est maintenant distribué dans de nombreux pays et possède trois boutiques qui lui sont propres, deux à Paris et une à Dublin, où Anthony réside depuis plusieurs années. Son inspiration vient d’un imaginaire mêlant excentricité anglaise et chic parisien.

Les couleurs de ses collections rappellent les tons chauds de la Méditerranée. Souvent plébiscités par des professionnels du divertissement ou des passionnés de chapeaux du monde entier, on compte aussi parmi les amis de la marque des personnalités telles que Jacques Audiard, Christian Louboutin, Mathieu Chedid, Justin Timberlake, Joey Starr et bien d’autres encore.

Anthony Peto – 56 rue Tiquetonne – 75002 Paris

Entrer
ArchivesLifestyleMagazine

LA BIENNALE PARIS REVIENT

Biennale_noir

LA BIENNALE PARIS, POURSUIT SON ÉVOLUTION EN PROPOSANT DES CHANGEMENTS MAJEURS AFIN DE S’INSCRIRE DANS LA TRANSFORMATION DU MARCHÉ DE L’ART INTERNATIONAL.

GALERIE NICOLAS BOURRIAUD – RODIN L’Age d’Airain – crédit photo : F.Benedetti

La Biennale Paris 2019 se tiendra au Grand Palais du 13 au 17 septembre 2019, soit cinq jours d’ouverture publique, au lieu de neuf jours précédemment.
Cette évolution, mise en œuvre à la demande des galeries internationales, présente de nombreux atouts : elle permet de renforcer la dynamique commerciale d’un salon qui s’établit dès les premiers jours, et elle facilite les participations multiples à plusieurs salons dans un calendrier international très chargé.
L’ouverture publique de La Biennale Paris le 13 septembre, soit une semaine plus tard que les éditions précédentes, permet ainsi de mettre fin aux nombreuses contraintes de tout début septembre (difficultés de préparation liées aux fermetures estivales, calendrier prématuré pour les collectionneurs). Son vernissage se tiendra le jeudi 12 septembre, précédé de son dîner de gala le mercredi 11.

 

Costermans – commode attribuée à Saunier

Un nouveau concept d’installation générale est développé pour La Biennale Paris par le leader européen des salons spécialisés : STABILO.
Très apprécié des exposants, Stabilo a proposé un nouveau principe de stands plus moderne, qui offre une plus grande interface entre le visiteur, et les objets proposés.
Ces stands ouverts sur les allées, offrent moins de contraintes techniques, et permettent à chaque exposant d’aménager plus librement son espace et son décor.
La Biennale Paris a souhaité faire évoluer son offre afin de répondre aux attentes exprimées par ses exposants en 2018. Ainsi, tout en conservant le plan initié lors de la précédente édition, La Biennale Paris est en mesure de faire une offre de prix resserrée qui inclut le décor (890€ le m2 pour un stand habillé ou 825€ le m2 pour un stand nu), et de proposer des stands de plus petites tailles, à partir de 20m2 (contre 40m2 auparavant), qui faciliteront la participation de plus d’exposants, plus diversifiés.

CAHN – Amphore figures noires – Grece, attique, vers 550-540 av. J.-C.

La Biennale Paris poursuit son innovation en accueillant la nouvelle génération de marchands et de créateurs au sein d’une nouvelle section Nouveaux Talents.
Un espace sera créé pour rassembler dix marchands et créateurs nationaux et internationaux installés depuis moins de 10 ans. Ils bénéficieront d’un stand de 10m2, décors inclus, dans des conditions financières incitatives.
Le SNA et La Biennale Paris souhaitent ainsi encourager les jeunes professionnels à y exposer pour la première fois afin de promouvoir leur activité, rencontrer les visiteurs et collectionneurs, et révéler leur travail et leurs ambitions pour le marché de demain. Les candidats seront sélectionnés par La Commission Biennale, qui décernera en septembre, un prix du meilleur Nouveau Talent.

Maison Auclert – Collier de cinq rangs de perles antiques de calcédoine bleue, fermoir en argent oxydé et diamants.

La Commission Biennale poursuit son action en 2019 en contribuant à l’élaboration de la liste des exposants. Force de propositions, elle est à nouveau placée sous l’égide de son Président, Christopher Forbes et rassemble 9 personnalités qualifiées : Prince AMYN AGA KHAN, Fondation pour la sauvegarde de Chantilly, Max BLUMBERG, collectionneur, Becca CASON THRASH, mécène, Jacques GARCIA, décorateur, Christian LANGLOIS-MEURINNE, mécène, Alain-Dominique PERRIN, président de la Fondation Cartier, Judy PRICE, présidente du National Jewelry Institute, Jean-Louis REMILLEUX, collectionneur, et Didier WIRTH, président de la Fondation des parcs et des jardins de France. Ainsi que 6 membres issus du conseil du SNA. Christopher Forbes a souhaité renouveler son mandat pour la troisième année consécutive. Cet engagement durable est la marque des personnalités la composant et qui donnent bénévolement de leur temps et démontrent leur profond attachement à l’événement.

La Biennale Paris aborde cette 31ème édition avec une nouvelle accessibilité qui s’inscrit dans une tendance de fond générale du marché, doublée d’une approche centrée sur le client. 

La Biennale Paris sera ouverte à partir du vendredi 13 septembre de 11h à 22h. Fermeture le mardi 17 septembre à 18h.

 

Entrer
1 2 3 78
Page 1 of 78