close
CAT_NY_1934_01_07-08

Tout a commencé avec les trois frères, Louis, Pierre et Jacques, aventuriers de l’art et du matériau qui se connectent au monde à la recherche d’expériences joaillières, de tentations horlogères et de nouveaux horizons. Moderne, leur conception de l’élégance masculine selon Cartier repose sur un art de vivre dont le raffinement du détail et la signature joaillière ont toujours inspiré les dandys les plus en vue de la planète, de Boni de Castellane à Andy Warhol, de Jean Cocteau à Yves Saint Laurent…

Accessoires indispensables du vestiaire masculin, les boutons de manchette figurent, dès l’origine de Cartier, dans les registres de la Maison (1859). Inventifs, ils font l’objet de milliers de dessins d’ateliers documentés dans les archives Maison et dont les thèmes évoluent au fil des modes. Émail guilloché
à la manière russe, combinaison audacieuse de couleurs entre émeraude et saphir en pleine période Art déco… leur réalisation donne lieu à d’ingénieux échanges quand Cartier y sertit des pierres précieuses, imagine une montre, un remontoir ou une boussole à glisser au poignet.
Reflets du style Cartier, ils épousent de nombreuses créations emblématiques de la Maison comme le bestiaire ou le cadran à vis de la montre Santos.

Objets d’élégance et d’apparat, les boutons de manchettes Cartier explorent tous les registres d’expression, de la scène de genre type course équestre à l’héraldisme, blasons ou couronne royale à la manière des boutons de manchette en émail blanc commandés par S.A.R Anastasia, princesse de Grèce en 1921. De l’humour à l’amour, ils véhiculent parfois des messages très personnels. Commandes spéciales d’esthètes, comme ceux du jazzman Cole Porter soulignés de montres miniatures pour pouvoir lire l’heure en scène ou ceux du duc de Windsor offerts par Wallis Simpson, marque d’amour pour l’homme qui avait abdiqué pour elle. Entièrement pavés de diamants, ils sont gravés côté face de leurs deux initiales, WE, un jeu de mots, signifiant à la fois «nous» et les premières lettres de leurs deux prénoms: Wallis et Édouard. Côté pile, le message se poursuit, illustré de l’expression à double sens « Hold Tight» qui signifie «Tiens bon» et «Serre moi fort».

La nouvelle collection Cartier reprend des motifs classiques propre à la marque et décline les nouvelles créations qui renouvelle le genre.

À travers Cartier Tradition, Cartier renoue avec la technique dite des apprêts anciens, ces pièces d’antiquité auxquelles Louis Cartier est l’un des premiers à s’intéresser alors qu’il crée en 1907 un flacon à sels à partir d’une tabatière en jade gravé. Art hindou, persan, arabe, russe et chinois, Cartier fait apparaître le Japon dans d’admirables créations joaillières qui préfigurent «le style moderne». C’est dans le même esprit d’équilibre, que le joaillier imagine aujourd’hui ces boutons de manchettes réalisés à partir de menuki japonais d’époque, un cheval et un buffle couchés, deux ornements traditionnels reliés à l’origine à la poignée d’un katana, sabre de samouraï.

 

 

Tags : art decobarbara huttonblakemagblakemag.comboni de castellaneboutons de manchettescartiercufflinksduc de windsorfelix youssoupovjean cocteaujeanne toussaintjoailleriemaharadja de patialapantherepierre bergerplace vendomerue de la paixwallis simpsonyves saint laurent